fbpx
Sélectionner une page

Il est impossible pour moi de vous dire que cela a été facile. Mais je suis fier aujourd’hui de vous dire que je suis ex-fumeur depuis 1 an. Voici le chemin que j’ai parcouru pour y arriver. Après quelques essais ratés et sans vraiment de conviction, à cette époque (encore très jeune) je ne savais pas vraiment pourquoi je voulais arrêter. De plus, mon entourage, amis et famille fumaient et ne se posaient pas la question. Pourquoi fallait-il que j’arrête ? Lors de mon troisième essai, je m’en souviens encore. J’ai tenu 7 mois sans fumer. J’étais trop fier de moi et puis l’été est arrivé les BBQ, les festivals, des bonnes bière fraîches, etc. Craquage complet…. Je me suis retrouvé à fumer comme un pompier avec 15 kg en plus sur la balance. Après tous ces échecs, je ne savais plus trop quoi faire. Quoi mettre en place pour ne plus penser à cette satanée cigarette ? J’ai donc lâché prise, je savais que j’allais arrêter un jour, mais je ne savais pas quand.

Le déclic !

Quelques temps plus tard lors de mes débuts dans le développement personnel, je me suis beaucoup intéressé à la motivation et la discipline. De méthode en méthode, de tests en tests, je commençais à me rendre compte de beaucoup de choses. Surtout, que la discipline est un super muscle que nous n’avons pas l’habitude de travailler. C’est lorsque j’ai compris ce principe que j’ai pu commencer à mettre en route énormément de choses dans ma vie. La première activité que j’ai mis en place, c’était le sport, après plusieurs années sans en faire la reprise n’était pas facile. Et à force de se pousser, d’arrêter de procrastiner, on remarque vite qu’on fait beaucoup plus de choses et que tout devient plus facile. Après mes différentes expériences avec le sport et d’autres petites choses du quotidien, je me suis posé la question : « Et pourquoi je n’arriverai pas avec l’arrêt de la cigarette ? ». Je me suis donc procuré le livre de Allen Carr « La méthode simple pour en finir avec la cigarette » que j’ai lu pendant mes vacances. C’était drôle, je me souviens que je n’avais pas envie de terminer de le lire, car je savais qui fallait que j’arrête après ça.

Passage à l’action !

Et bien non, je l’ai terminé et me suis fixé une date. Le 1 août 2017, jour de la fête nationale Suisse. Pourquoi cette date ? Parce que c’est un jour de fête et que je savais au fond de moi que si j’arrivais à arrêter un jour où j’allais être confronté à d’autres fumeurs, et qu’en plus j’allais bien boire et bien manger :-), tout serait possible pour moi par la suite.

Après une semaine 1

La première semaine était la plus difficile, je pense. Je ressens cet appel à la cigarette. C’est normal, j’ai enlevé une habitude à mon corps et ma tête. Il fallait que trouve comment remplir ces moments de fumer. Du coup, les premières semaines, j’étais un peu hyperactif, ménage, sport, cuisine, il fallait absolument que je fasse quelques choses. Et si on met bout à bout ces 5 minutes dans lesquels nous ne faisons rien d’autre qu’avaler de la fumer, cela laisse du temps pour faire un tas de choses plus importantes pour nous (Nous qui nous plainions trop souvent de ne pas avoir assez de temps !).

Après 1 mois

Je ressens toujours quelques appels à la cigarette, mais je commence à ne plus trop m’en préoccuper. Faire appel à ma discipline et ma motivation pour ne pas craquer est encore nécessaire. Je ne ressens pas encore les bienfaits sur ma respiration, mon odorat, etc. Ce qui est assez frustrant d’ailleurs. Mais mon objectif est de m’en débarrasser, je veux me sentir libre. Je n’avais plus envie de vérifier si j’avais assez de clopes pour le week-end ou encore vite m’en griller une pour ne pas être trop stressé ou énervé, c’est dans la tête ces conneries !!! Le point positif après un mois sans fumer, c’est que j’ai fait une économie d’environ 225 CHF.

Après 6 mois

Ça y est, j’ai trouvé mon rythme, tous ces moments de “Plaisir” étaient en fin de compte un prétexte pour ne pas faire d’autre choses. Je suis libre, plus productif et plus organisé. J’ai pris mes responsabilités et ne suis plus dépendant de ce truc. Je peux faire ce que je veux, quand je veux sans penser à ma prochaine pause ou encore si j’ai assez de clopes pour passer la soirée. L’exercice physique a été un très bon allié pour mon arrêt, je fais de la course à pied, un sport simple et efficace. Après 6 mois, et quelques semaines où je toussais pas mal (mon corps qui évacuait la merde) je peux courir 5 km sans trop de problèmes. Je ne suis pas encore un grand coureur et mon souffle n’est pas encore au top, mais je ressens de l’amélioration et plus j’avance et mieux ça va. J’en avais marre d’être essoufflé à la moindre mini course pour attraper le bus ou monter quelques étages en escalier. Comme tu as pu le lire dans mon article sur l’application MapMyRun j’ai atteint l’un de mes objectifs qui était de courir 10 km en moins d’une heure. Bref, je crois que je m’écarte un peu du sujet.

Aujourd’hui 1 août 2018

Aujourd’hui, comment je me sens ? Je n’ai toujours pas repris 🙂 donc je me sens fier de moi. Je pensais que cette sensation d’envie allait finir par disparaître, mais je me rends compte que je vais devoir faire avec elle encore un moment. Pour ma part, j’ai beaucoup allié, bien-être, moment de calme, alcool, fête, BBQ, sociabilisation à la cigarette. C’est comme si sens elle, je ne pouvais pas passer une bonne soirée BBQ entre amis, c’était nul comme pensée. J’ai su passer par-dessus, et me prouver à moi-même que oui, c’est possible. Aujourd’hui, cette expérience m’a beaucoup appris sur moi, comment surmonter plus simplement des difficultés, comment changer ma vision des choses pour vivre les expériences de manière positive.

Conclusion

L’arrêt de la cigarette était pour moi quelque chose d’important. Je voyais bien que si je continuai ça n’allait pas m’apporter plus de positif dans ma vie présente et future. Après beaucoup de lecture, d’apprentissage sur moi et ma manière de fonctionner. J’ai réussi à m’imposer une discipline qui m’a permis de ne pas craquer jusqu’ici. La différence, c’est qu’aujourd’hui, j’ai conscience que j’ai trop à perdre. Et si dans 20 ans, on m’annonce que la cigarette n’avait aucun effet nocif. Je dirais simplement que j’ai économisé environ 60’000CHF (prix des clopes de 2017). J’espère vraiment que cet article permettra à un maximum de fumeur d’avoir un déclic, une prise de conscience.  Si j’ai pu le faire n’importe qui peut le faire. Partager un max !!!!!!!!!!!!!!! 😉